Vendredi 20 Octobre, 07:03

Méditer pour ne plus stresser

Sans titre 4

Si pendant longtemps on a considéré la méditation comme une pratique religieuse issue du bouddhisme et de l’indouisme tournée vers le développement personnel et la spiritualité, certaines pratiques sont aujourd’hui bien adaptées à la gestion du stress. La méditation dite de pleine conscience ou ‘mindfulness’ des anglo saxons a été particulièrement étudiée et a montré une efficacité dans le domaine du stress et de l’anxiété, de la dépression et aussi de la douleur. Née dans les années 1980, la pleine conscience a été développée par un groupe de chercheur menée par l’américain Jon Kabat-Zinn. Elle se définit comme une pratique psychothérapeutique et se garde d’influencer le patient de conception religieuse ou philosophique.

Le principe est simple, pour apprendre à  sortir d’émotions négatives il faut nous extraire de pensées, de sentiments qui nous parasitent de façon automatique. Pour cela plutôt que de réfléchir, de se raisonner, de se motiver pour changer à tout prix, nous sommes invités à prendre une voie différente. La démarche consiste à se recentrer sur le moment présent par la pratique de différents exercices de centration sur le corps, sur la respiration, les sons et les activités toute simples comme manger, marcher ou pratiquer des activités quotidiennes.

La pleine conscience invite à une autre façon de vivre les moments dérangeants, pénibles voir douloureux, sans chercher à les éliminer en les combattant ou les fuyant mais en les acceptant et en leur permettant d’être là.

Elle est un peu différente de la relaxation dans le sens où son but n’est pas de chercher des moments de détente même si les exercices induisent un certain état de relachement du corps, de lâcher-prise et de sérénité de l’esprit.

Face aux stress, la pleine conscience  modifie le regard que l’on pose sur le monde et permet de mieux réagir aux évènements qui pourraient faire déraper, en aidant à mettre à distance et à mieux gérer son stress, ses inquiétudes et ses humeurs. Pratiquée régulièrement, elle aide à consolider ses équilibres, notamment sur le plan émotionnel, à moins ruminer, à mieux profiter de l’instant présent, à éviter les pensées négatives, à relativiser les difficultés…

De vrais grands bienfaits, sont obtenus à raison de 10 à 15 minutes par jour. Mais seule une pratique régulière peut permettre de retrouver la flexibilité émotionnelle qui nous permet de revenir à un état de pleine conscience, nous protégeant ainsi du mal être et des effets négatif du stress sur la santé et sur le mental.